Le chauffage optimal en hiver

Chauffer son habitation en hiver est une préoccupation majeure pour la plupart des foyers. Chaque année, l’arrivée de l’hiver marque le point de départ de la traque des déperditions thermiques.

Les solutions à prévoir : Le chauffage écologique

Une bonne isolation intérieure est avant tout, primordiale pour optimiser l’énergie au sein du logement, aussi bien dans les contextes équipés que moins équipés au climat froid. Autrement, les efforts émis dans la mise en place d’un système de chauffage performant seraient vains si la maison est une passoire (déséquilibre entre les apports de chaleur et les déperditions thermiques). Ensuite, il convient d’opter pour un système de chauffage dit “écologique” qui permet de sauvegarder les énergies fossiles tout en réduisant sa facture énergétique.

Principe d’isolation de logement – Agence Locale de l’Energie (Montpellier)

Le chauffage économique écologique s’articule autour de 3 points :

  • Utiliser une énergie renouvelable (air, eau, terre, bois, soleil…) à la place d’une énergie fossile (gaz naturel, propane, fioul…).
  • Réduire la consommation d’énergie
  • Limiter les émissions de dioxyde de carbone (CO2) dues à la combustion des énergies fossiles, et les rejets de gaz à effet de serre.

En mettant en place une nouvelle installation ou en renouvelant un ancien système de chauffage, on peut atteindre un rendement supérieur à 65% et des émissions polluantes limitées.

Les systèmes de chauffage

  • Les derniers de la liste :

Parmi les chauffages les moins écologiques figurent ceux à base d’énergies fossiles, qui ont un impact environnementale important. Avec le chauffage électrique, ils représentent les mauvais élèves et ne sont guère privilégiés dans une démarche écologique et économique.  

Malgré cela, le chauffage électrique demeure le système le plus utilisé, en France comme ailleurs, notamment dans les logements récents, car son coût à l’installation reste faible et sa mise en place relativement simple. Toutefois, il présente certains inconvénients qui remettent en cause sa durabilité et son efficacité : Tout d’abord, l’électricité étant une ressource chère, ses coûts ne cessent d’augmenter étoffant chaque année les factures des ménages graduellement. Ensuite, ce système de chauffage apporte une irrégularité dans la répartition de la chaleur ainsi que de la poussière due à une calorification sèche, ce qui entraîne des problèmes de confort au sein du logement. Par ailleurs, il peut-être spécifiquement conseillé dans les logements où il est difficile de s’équiper d’un chauffage central ou pour les résidences secondaires où il n’est utilisé que ponctuellement.

  • Les écolos :

Parmi les systèmes les plus recommandés en terme de chauffage, il y a trois modes qui restent accessibles aujourd’hui, tout en présentant un large éventail de solutions adaptables aux différents contextes et contraintes : Le bois, la pompe à chaleur (PAC) et le chauffage solaire.

Le bois : Dans certains pays comme la France, le bois peut-être considéré comme une ressource renouvelable car il y repousse plus d’arbres que l’homme n’en coupe. C’est la raison pour laquelle, il est possible d’opter pour un système de poêle à bois ou une chaudière à granulés de bois pour chauffer un foyer et avoir accès à l’eau chaude sanitaire durant toute l’année. Ce système permet de faire jusqu’à 70% de rendement (avec le label Flamme Verte) tout en limitant les émissions polluantes dans l’air.

Principe du poêle à bois – L’Energie Tout Compris
principe d’une chaudière à granulés de bois – Econologie Maison

Les pompes à chaleur : Grâce aux avancées techniques récentes, les pompes à chaleur (PAC) sont considérées aujourd’hui comme le mode de chauffage écologique le plus efficace. Leur principe de fonctionnement repose sur l’extraction de la chaleur extérieure et sa restitution à l’intérieur du logement. Son rendement observé atteint les 400% (1 Kwh d’énergie utilisée produit 4 Kwh de chaleur). Sur le marché, ce système existe sous deux formes : Les PAC aérothermiques (commercialisées sous l’appellation PAC air/eau ou PAC air/air) qui utilisent la chaleur contenue dans l’air pour chauffer ou refroidir le logement, et les PAC géothermiques (commercialisées sous le nom PAC eau/eau) qui transforment l’énergie issue du sol ou de l’eau souterraine en chaleur.

schéma de fonctionnement de la pompe à chaleur – source : FT MEDIA

Le chauffage solaire : L’énergie solaire est inépuisable gratuite et non polluante. A priori, c’est la solution idéale pour un système de chauffage écologique et économique. Toutefois, en optant pour le chauffage solaire, on ne couvre que 30 à 60% des besoins en chauffage d’un foyer. Pour assurer un confort thermique constant et suffisant, il faut donc le compléter par un chauffage d’appoint dans le cadre d’un système bi-énergie. Le principe de base repose sur des capteurs solaires ou panneaux photovoltaïques placés en toiture ou dans le jardin; ceux-ci canalisent l’énergie solaire et l’utilisent pour chauffer l’eau qui sera ensuite redistribuée dans l’ensemble de la maison.

Principe de fonctionnement du chauffage solaire -source : www.maisonsoxeo.com

Selon ce principe, trois variantes peuvent être envisagées pour chauffer le logement :

1- le plancher solaire ou plancher chauffant

plancher solaire – source : FT MEDIA

2- le ballon en série relié à la chaudière

Ballon en série relié à une chaudière existante – source : FT MEDIA

3- le ballon d’eau chaude unique

Ballon unique – source : FT MEDIA

En somme, quel que soit le mode de chauffage choisi, il est impératif d’isoler efficacement les logements, et d’adopter de bonnes habitudes au quotidien, telles que penser à baisser la température de la maison plutôt qu’à éteindre le chauffage lors de l’absence et moins chauffer les pièces peu utilisées ainsi que les chambres pendant la nuit. S’il y a un chiffre à retenir pour achever d’être convaincu ce serait le suivant: 1 degré de moins dans la maison équivaut à une facture de chauffage allégée de 7% en moyenne.

Laisser un commentaire